donnez une espérance de vie à un enfant, 1euro donné ici = 1euro reç au Bénin

Les Lèpres vécus au quotidien

Emilien, a été opéré au torse d'un sévère Ulcère de Buruli. Son large sourire est le meileur des remerciements qu'il puisse adrésser à Soeur Julia, la chirurgienne depuis  30 ans à Zagnanado.

Un ulcère à l'abdomen qui ronge la peau

L'Ulcère de Buruli, la Nouvelle Lèpre

L'ulcère de Buruli, maladie infectieuse, proche de de la lèpre etde la tuberculose, a pris le nom de la région d'Ouganda où des cas ont été révélés dans les années 1960.

L'ulcère de Buruli commence d'abord par une simple irritation indolore sur le corps. Le bacille se loge sous la peau où il se multiplie puis il s'attaque au tissu sous-cutané. Il ronge inexorablement le corps et à ce stade peut attaquer les os. Il devient alors extrêmement douloureux.

Le mode de transmission de l'ulcère de Buruli est  encore mal connu. Il est très peu probable qu'il se transmette de personne à personne. La proximité des cours d'eau très lents et des marécages a un lien avec la maladie (punaise d'eau)

Chaque mardi, à Zagnanado, le père Christian assiste Soeur Julia pour les opérations de cet Ulcère. Depuis plus de 20 ans, tous les mardis des échantillons de chaque ulcère sont prélevés et acheminés vers l'institut d'Anvers en Belgique. Cet institut collabore avec le Centre de Zagnanado dans la lutte contre cette terrible maladie et publie régulièrement dans les revues spécialisées des articles sur les travaux permis par cette collaboration.